Costume traditionnel

Costume traditionnel

Dans le sens ethnologique, la région de Trilj appartient la sphère culturelle dinarique dans lequel la laine était la matière principale pour la fabrication de tissu qui fait partie des costumes masculins et féminins. La manière de s'habiller était déterminée par la tradition et les règles transmises de génération en génération. Les costumes reflétaient les messages pour chaque période de la vie. C'était surtout visible sur les costumes des femmes dont la décoration changeait selon l'âge des femmes. Les costumes des jeunes filles était de plus en plus décorés et colorés jusqu'à le mariage et après, la décoration commençait de descendre. Les vieilles femmes ne portaient presque aucune décoration. On pouvait distinguer les vêtements de fête et ceux de travail, aussi comme les costumes réservés aux certains coutumes, aux cérémonies marquant la fête ou la tristesse.

Costume traditionnel des hommes

La seule partie du costume faite en toile, que portaient les hommes et les femmes, était une chemise blanche à manches longues. Les autres pièces de vêtements ont été fabriquées à partir du bure. Sur la chemise ils portaient krožet, un gilet court sans manches en bure, en feutrine ou en toile dur. Sur le krožet, ils portaient jačerma, un gilet sans manches en fine bure bleue ou en feutrine, orné de broderies et des boutons à filigrane.

Les gaće – pantalons des hommes étaient fabriqués en toile de bure bleue marine avec des ouvertures sur le devant et orné d'un tissu en feutrine rouge et des broderies de fil rouge – brus. Sur le bas de pantalons se trouvaient une déchirure (raspor) avec des petits crochets - une série des petites boucles métalliques. Ils portaient une ceinture de laine rouge de 2 m de long. À l'occasion des fêtes, les ceintures étaient en soie tartan levantine. Ils aussi portaient le sac ceinture en cuir de plusieurs couches (listovi) entre lesquels ils mettaient les accessoires pour fumeurs, les fusils à silex, le couteau dont la manche était d'ivoire et le mousquet – un symbole de statut de chaque homme.

Le costume d'un homme aussi comprend kumparan, dalagan – une veste manches longues en bure marron, orné de brus et des applications en feutrine rouge. Le plus souvent, il était porté sur les épaules ou juste une épaule.

Ils portaient des chaussettes de laine, bičve (type de chaussettes), des terluci (demi-bas de laine sans talon) et des opanci (oputaše) (type des chausseurs). La semelle a été faite de la peau crue de bœuf, tandis que la partie supérieure et les côtés ont été à partir des intestins de mouton (oputa) ou des lanières de cuir. Les opanci étaient faite par les femmes.

La tête a été couverte par le chapeau rond en feutrine rouge dont la hauteur du périmètre et la taille variaient d'un endroit à l'autre. Pendant le temps plus froid, les hommes mettaient autour du chapeau un peškir, saruk (type de serviette) en laine douce ou en soie, pour les saisons de fêtes. Ils ont été rouge, noir, marron ou à motifs.

Costume traditionnel

Costume traditionnel des femmes

Dans la région de Trilj il y a des différences dans la façon dont les habitants s'habillaient que varient entre les villages qui sont plus proches du terrain et ceux proche de la montagne (Tijarica, Voštane, Rože). La décoration sur la tête d'une jeune mariée de Trilj était différente de celle des femmes dans les villages plus proches du terrain. Toute les deux portaient sur sa tête une couronne de fleurs blanches artificielles, mais la mariée de Tijarica portait aussi rida – un blanc tissu transparent qui pendait à mi-chemin dans son dos, tandis que la mariée du village plus proches du terrain mettait aussi podvezača et cendalj. Podvezača est un foulard blanc orné de broderies. Rogljevi – les bords qui atteignent les oreilles ont été décorés avec des plis et la dentelle. Cendalji sont kurdele colorées -des lanières en soie attachées par une broche aux tresses pendant sur le dos.

La fille portait une chemise blanche en toile, et primatača – un vêtement couvrant seulement la poitrine où il présente une décoration en toile blanc ornée avec des volants et la dentelle. Elle portait šotana blanc avec rakam – une broderie blanche au fond. Sur primetača, elle mettait oplećak - un chemisier à manche longue orné de jakići – les applications de tissu en soie rose en forme de cœur ou de triangles. Sur krila – sur le devant se trouvaient les boucles à travers lesquelles passait kurdela en soie – spunčaluk qui servait à modeler le buste. Le tablier, plissé en laine rouge et ornée avec štika – les fils et opijavičen – bordé de tissu en soie, a été mis sur šotana. Les kurdele en soie (rose, bleu et rouge) étaient attaché sur le côté droite. Au-dessus, les femmes portaient jačerma en bure bleue marine – un chemisier au-dessous du genou, sans manches, avec boucles de ceinture ouvert et décoré avec brus en soie multicolore.

Pour les occasions spéciales, les filles et les femmes portaient kotula vraškarica blanc ou bleu marine. Kotula vraškarica était compris d'une jupe plissée avec oplećak (sans manches et ouvert) et les petits krila. Il fallait que krožet soit visible. Au fond, vraškarica était décoré avec soi – les plis horizontals ornés avec kurdela en soie noire. Au dessou était cousu un tissu solide d'une autre couleur – pedanom pour “que se tiens plus ferme et que tombe bien“.

Krožet est un chemisier sans manches avec boutonnage devant. Le tissu devant était de meilleure qualité et d'autre couleur que derrière. Le tissu devant était de couleur foncée et opijavičene veludom - orné avec velours autour de cou, vers le bas de la poitrine et autour des trous de bras.

Dans les régions rurales, une femme était bien habillée si les couleurs et les matériaux de son tablier, ses foulards et krožet étaient bien coordonné.

Quand il faisait froid, elles portaient des sous-vêtements thermiques tels que šotana – une longue camisole crochetée en laine blanche. Dans les villages montagneux, les femmes portaient les robes en bure à manches longues, plissée à la taille et ornée de velours rouge. Les bordes des manches étaient ornée de jakići. Dans les villages inférieurs les femmes portaient kurtin – une veste courte laineuse à manches longues. Elles portaient gaća quand il faisait très froid. C’était un vêtement quotidien crocheté en laine domestique. Pour des occasions spéciales, elles achetaient lanete – une laine fine. Elles portaient un tricot en laine pour aller à l'églis Pendant l'hiver, elles portaient bičve (chaussettes) en laine et gumaše (type de chaussures). Pour l'été, elles crochetaient les chaussons en laine et en fin et les portaient chez le cordonnier pour qu'il mette la semelle et tak – le talon.

Des bijoux font partie du costume traditionnel. Les bijoux des hommes étaient les armes qu'ils portaient dans leur sac ceinture. Les femmes portaient rećine – les boucles d'oreilles, la chaînes en or avec un pendentif et les bagues.

Littérature: Les vetemens traditionels de la region de Trilj (mr. sc. Dinka Alaupović Gjeldum)

{lang hr}Kako bi vam omogućili bolje korisničko iskustvo, ova stranica pohranjuje kolačiće (cookies). Nastavkom pregledavanja stranice slažete se sa korištenjem kolačića.{/lang}{lang en}This site uses cookies. By continuing to browse the site you are agreeing to our use of cookies.{/lang}{lang de}Diese Website verwendet Cookies. Mit der weiteren Nutzung unserer Webseite akzeptieren Sie die Verwendung der Cookies.{/lang}{lang it}Questo sito utilizza cookies. Continuando a navigare il sito l'utente accetta di utilizzare i cookie.{/lang}{lang fr}Ce site utilise des cookies. En continuant à naviguer sur le site, vous acceptez notre utilisation des cookies.{/lang}